90 ans de normes, de transparence, d'expertise et de solidarité

Accès à www.oie.int

1ère Conférence mondiale dédiée à l’usage prudent des antimicrobiens en médecine vétérinaire

13-15 mars 2013 90 ans d'expertise

Solidaires contre l’antibiorésistance

C’était du 13 au 15 mars 2013 : la lutte contre l’antibiorésistance, sujet au cœur des préoccupations internationales en regard de la santé humaine et animale a réuni des experts et acteurs mondiaux en la matière.

Cette Conférence a été organisée en étroite collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et avec l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). Elle visait à aborder, avec les vétérinaires, l’usage raisonné des antimicrobiens en santé animale. Elle a permis de rappeler la nécessité de stimuler la coopération et la solidarité internationales pour assurer l’encadrement de la production, des importations, de la mise en marché, de la distribution et de l’usage des antimicrobiens à l’échelle mondiale. Elle a également souligné l’importance d’aider les pays qui ne sont pas encore en mesure d’appliquer les normes de l’OIE à mettre en place la législation, les structures et les ressources humaines et financières nécessaires pour un usage prudent des antimicrobiens.

Les bactéries résistantes ne connaissent pas de frontières et une gestion inadéquate par un seul pays peut mettre en péril tous les autres. L’une des recommandations issue de cette Conférence vise aussi à collecter des données quantitatives harmonisées sur l’utilisation des agents antimicrobiens chez les animaux en vue d’établir une base de données mondiale.

Souvenez-vous
Recommandations de la Conférence mondiale de l’OIE sur l’utilisation responsable et prudente des agents antimicrobiens chez les animaux.

Lutter contre l’antibiorésistance : la nécessité d’une action globale

Depuis que les agents antimicrobiens ont été produits massivement, tout d’abord pour la médecine humaine, puis pour la médecine vétérinaire, leur utilisation a été associée à des risques d’émergence de résistance bactérienne partielle ou totale. Ce phénomène, appelé antibiorésistance, limite l’efficacité et la disponibilité des agents antimicrobiens et remet en cause le contrôle efficace des maladies infectieuses.

En parallèle, la multiplication des échanges et des déplacements humains dans le monde entraîne la dissémination des agents pathogènes, y compris des bactéries résistantes, sur la planète. Face au développement accéléré de l’émergence de résistances, la découverte de nouveaux traitements ne suit pas, ce qui fait de l’antibiorésistance une problématique croissante, menaçant les progrès de la médecine humaine et animale.

Les antimicrobiens sont :

  • Essentiels pour traiter les maladies humaines et animales d’origine bactérienne.
  • Considérés comme un Bien Public à protéger.

Ils représentent des ressources essentielles pour préserver la santé humaine, la santé animale, le bien-être animal, la sécurité sanitaire des aliments et la production de protéines nobles dans le monde.

L’OIE travaille activement depuis plus de dix ans sur le thème des produits à usage vétérinaire, notamment sur les antimicrobiens. L’Organisation a élaboré une stratégie cohérente dans ce domaine. Elle encourage l'utilisation responsable et prudente des antimicrobiens partout dans le monde afin de préserver leur efficacité thérapeutique chez les animaux comme chez l'homme.
En savoir plus

Sécuriser l’utilisation des antimicrobiens : Les actions de l’OIE

OBJECTIF :
Mieux contrôler la production, l’enregistrement, l’importation et la distribution des antimicrobiens ainsi que leur utilisation

COMMENT ?

  • En encadrant l’utilisation des antimicrobiens chez les animaux grâce à :
    • une réglementation adéquate
    • des professionnels qualifiés
    • une profession vétérinaire structurée
  • En apportant du soutien aux pays qui en ont besoin grâce à :
    • des programmes de solidarité internationale

Une réglementation adéquate : Normes internationales pour le bon usage des agents antimicrobiens

L’OIE développe des normes et des lignes directrices relatives:

  • à l’usage prudent et responsable des antimicrobiens,
  • au contrôle des quantités d’antimicrobiens utilisés en production animale chez les animaux terrestres et les animaux aquatiques,
  • aux méthodes d’évaluation des risques d’émergence ou de propagation de bactéries résistantes.

Ces normes sont adoptées par les 178 Pays Membres de l’OIE et sont développées avec l’appui du réseau d’expertise de l’Organisation : Centres Collaborateurs et Laboratoires de Référence, ainsi que les Groupes ad hoc, qui travaillent en collaboration avec la FAO et l’OMS.
En savoir plus

Consulter les Normes de l’OIE relatives à l’antibiorésistance :

. Code terrestre (chapitre 6.6 ; chapitre 6.7 ; chapitre 6.8 ; chapitre 6.9 et chapitre 6.10)
. Code aquatique (chapitre 6.2., chapitre 6.3., chapitre 6.4. et chapitre 6.5.)
. Manuel terrestre (ligne directrice 2.1.).

Sur 120 pays récemment évalués par l’OIE, plus de 100 ne disposent pas encore de législation pertinente relative aux conditions appropriées d’utilisation et de gestion des produits vétérinaires, y compris les antimicrobiens. 

Des professionnels qualifiés : garantir une formation de qualité à l’échelle mondiale

Les antibiotiques ne sont pas des produits anodins dont la prescription, la délivrance et l’usage peuvent être libres. Le meilleur moyen pour utiliser ces produits et traiter les animaux consiste à passer directement par un vétérinaire dont l’exercice professionnel est autorisé et qui a suivi une formation spécialisée appropriée. L’OIE a élaboré des recommandations visant à améliorer l’excellence de la formation vétérinaire à l’échelle mondiale.

Une profession vétérinaire structurée : l’importance des Organismes Statutaires Vétérinaires

L’OIE prône l’encadrement de la profession vétérinaire par la loi, afin de garantir l’éthique professionnelle et la bonne Gouvernance des Services Vétérinaires. Pour cela, elle développe des normes et des programmes relatifs à la constitution et au fonctionnement d’Organismes Statutaires Vétérinaires nationaux et régionaux disposant des pouvoirs nécessaires pour garantir le contrôle des diplômes, l’éthique, l’excellence professionnelle et la mise à l’écart de ceux dont la conduite n’est pas appropriée.

Des actions de solidarité internationale : Programmes de renforcement des capacités des Services Vétérinaires 

Les actions des Pays Membres de l’OIE sont coordonnées par les Points Focaux nationaux de l’OIE pour les produits vétérinaires, qui fournissent une assistance technique aux Délégués nationaux afin d’améliorer et d’harmoniser les politiques nationales sur les produits vétérinaires, en portant une attention particulière au domaine de l’antibiorésistance. Ils sont régulièrement formés sur le sujet depuis 2010, en collaboration avec la FAO et l’OMS.

L’OIE propose un soutien constant aux Services Vétérinaires afin de permettre à ses Pays Membres de mettre en œuvre les normes et les lignes directrices relatives à l’usage prudent des antimicrobiens. L’outil PVS (Performance des Services Vétérinaires) et les projets de jumelage dans l’Enseignement vétérinaire visent à favoriser le développement durable des Services Vétérinaires nationaux, notamment en regard de la lutte contre l’antibiorésistance.
En savoir plus

Développer les moyens de traitement alternatifs aux antibiotiques

L’OIE soutient les nouvelles recherches sur les alternatives aux antibiotiques et a notamment accueilli un Symposium international sur le sujet en 2012, organisé par l’Alliance internationale pour la normalisation biologique (IABS) et le Ministère de l’Agriculture des États-Unis d’Amérique (USDA).

Ensemble contre l’antibiorésistance

Dans le cadre d’une alliance tripartite « One Health » , l’OIE travaille en collaboration sur de nombreux projets avec la FAO et l’OMS.

L’OIE intervient à l’interface animaux/ homme/ écosystèmes et soutient totalement le concept «Une seule santé ». Sachant que l’homme et les animaux partagent les mêmes bactéries et que 60% des agents pathogènes dangereux pour l’homme sont d’origine animale, la priorité est de renforcer et d’améliorer la coordination entre les secteurs de la santé humaine et de la santé animale, en impliquant, le cas échéant, les autres acteurs en matière d’environnement.

Cette collaboration entre les trois organisations, FAO, OIE et OMS, est appelée « Alliance Tripartite» sur la base d’une note signée par les trois Directeurs Généraux. Depuis 2011, l’antibiorésistance, avec la rage et la grippe zoonotique, est retenue parmi les trois priorités du plan d’action de cette alliance.

Action tripartite FAO / OIE / OMS pour lutter contre l’antibiorésistance

  • S’assurer que les agents antimicrobiens conservent leur efficacité 
  • Promouvoir un usage prudent et responsable de ces agents
  • Permettre à tous un accès à de médicaments de qualité.

En savoir plus

dates clés

cal

janvier

février

mars

avril

mai

juin

juillet

août

septembre

octobre

novembre

décembre

nos sites institutionnels

Site du siège de l'OIE

Sites des Représentations régionales de l'OIE

Suivez-nous sur...

Contacts

Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)

12, rue de Prony 75017 Paris, France
INFORMATION : oie@oie.int
PRESSE : media@oie.int
SITE INTERNET : www.oie.int
TÉL : 33 (0) 1 44 15 18 88

L'OIE en images