90 ans de normes, de transparence, d'expertise et de solidarité

Accès à www.oie.int

La FEI et l'OIE annoncent un plan d'action en faveur des mouvements internationaux des chevaux de compétition

17 février 2013

La Présidente de la FEI - Son Altesse Royale la Princesse Haya - et le Directeur général de l'OIE – le Docteur Bernard Vallat, au Siège de la FEI, à Lausanne (Suisse), célèbrent le lancement du plan triennal pour la sécurité sanitaire des mouvements internationaux de chevaux de compétition. 
Edouard Curchod/FEI ©

C’était le 17 février 2013 : la Fédération Équestre Internationale (FEI) et l'OIE engageaient un plan triennal (2013-2016) pour la sécurité sanitaire des mouvements internationaux de chevaux de compétition.  

Les déplacements internationaux de chevaux de compétition sont aujourd’hui une pratique courante et répandue. Les manifestations équestres connaissent, en effet, une expansion considérable, avec des millions de chevaux déplacés chaque année d’un pays à l’autre pour participer à différents événements. 

Des exigences pour l’importation des chevaux de compétition hétérogènes selon les pays

L’analyse du nombre et de la répartition géographique des manifestations régies par la Fédération Équestre Internationale (FEI) révèle toutefois que le développement des sports équestres concerne surtout l’Europe et l’Amérique du Nord, tandis que leur expansion dans d’autres régions du monde se heurte encore à divers obstacles. Cette situation s’explique en partie par les difficultés liées aux mesures sanitaires pour l’importation même temporaire de chevaux de compétition vers certains pays et aux barrières qui peuvent entraver la libre circulation internationale de ces chevaux. En effet, les règles qui s’appliquent aux mouvements de chevaux demeurent inconstantes selon les pays sans pour autant constituer une sécurité supplémentaire dans de nombreux cas.

L’OIE et la FEI mettent leurs efforts en commun

En conséquence, la FEI et l’OIE ont décidé de lancer un projet commun, destiné à répondre aux demandes de plus en plus nombreuses des pays pour que les conditions du transport international soient facilitées pour les chevaux qui participent à des compétitions équestres de haut niveau dans le respect des normes intergouvernementales déjà adoptées ou en cours d’adoption par les pays membres de l’OIE.

Ce projet s’inscrit dans le prolongement de l’accord de coopération entre la FEI et l’OIE signé en 2002.
Souvenez-vous

Faciliter les mouvements internationaux de chevaux de compétition

Pourquoi ?

Pour résoudre les problèmes qui se posent lors des déplacements internationaux de chevaux de compétition :

  • réglementations sanitaires nationales lourdes et non conformes aux normes de l’OIE,
  • quarantaines non justifiées,
  • tests de laboratoire répétés à l’excès
  • absence de réglementation couvrant spécifiquement les importations temporaires d’équidés (exigences similaires pour les chevaux importés temporairement ou définitivement)
  • relations parfois difficiles entre les autorités compétentes de certains pays et le secteur privé.

En effet, bien que des règles compatibles avec les normes de l'OIE soient déjà mises en œuvre dans un certain nombre de pays, certaines difficultés sont encore rencontrées dans d’autres pays.

Comment ?

En mettant en place un cadre spécifique cohérent avec les normes de l’OIE pour les exportations temporaires de chevaux spécialement sélectionnés à cet effet par le secteur privé sous le contrôle permanent des Services Vétérinaires. Ainsi pays et régions pourront harmoniser leurs dispositions en la matière, tout en minimisant le risque de propagation transfrontalière de maladies.

souvenez-vous

Vers l’élaboration de Normes applicables aux chevaux de compétition de haut niveau

L’expansion des sports équestres internationaux et les avantages socio-économiques qui en résultent fournissent une raison convaincante de développer des Normes et Recommandations applicables à une sous-population d’élite particulière de chevaux de compétition dont le statut sanitaire est supérieur à la moyenne.

L’OIE, en collaboration avec la FEI, la Fédération Internationale des Autorités Hippiques (IFHA, avec qui un accord a également été signé) et d’autres experts discutent actuellement en vue d’élaborer une norme internationale de biosécurité qui s'appliquera à cette sous-population de chevaux, ainsi que les modalités de son contrôle.

Le Code Terrestre contient déjà des Normes sur le zonage et la compartimentation, un modèle de passeport pour les mouvements internationaux des chevaux de compétition (Chapitre 5.12) et des principes généraux sur l’identification, la traçabilité, le commerce, la certification sanitaire, (Chapitre 4 ; Chapitre 5).

L’élaboration d’une norme spécifique sur le déplacement temporaire international des chevaux présentant un niveau supérieur de santé et de performances et sur l’établissement de zones indemnes de maladies des équidés dans les pays infectés par certaines maladies est une évolution logique par rapport aux normes existantes.

Les travaux en cours

Les discussions ont été initiées en 2011, et depuis lors, plusieurs séminaires et conférences d’experts ont été organisés sur le thème des mouvements internationaux des chevaux de compétition.

Ce sujet a fait l’objet d’un thème technique précédé d’un questionnaire envoyé à tous les Pays Membres lors de la 81ème session générale en mai 2013.

Afin de répondre spécifiquement aux besoins régionaux, des séminaires régionaux sont organisées : le plus récent a eu lieu du 18 au 20 février 2014 pour la région Asie, Extrême-Orient et Océanie.
Workshop régional pour l’Asie, l’Extrême-Orient et l’Océanie

Pour en savoir plus

Un groupe ad hoc spécifique a été créé en 2013 et se réunira régulièrement. L’une des tâches de ce groupe est de développer un projet de Norme spécifique établissant les principes pour la définition d’une sous-population de chevaux à haut statut sanitaire. Un premier projet a été circulé auprès des 178 Pays Membres de l’OIE pour recueillir leurs commentaires puis revu par la Commission du Code de l’OIE en février 2014. Il sera présenté aux Délégués pour adoption lors de la Session Générale de l’Assemblée Mondiale de mai 2014.

Le groupe ad hoc élaborera ensuite des lignes directrices détaillées de biosécurité pour cette sous-population de chevaux et pour les manifestations équestres internationales et les zones indemnes de maladies des équidés qui seront ensuite publiées par l’OIE.

Définir une sous-population de chevaux de compétition

Les chevaux de compétition « dont le niveau de santé et de performances est particulièrement élevé ».

Les chevaux présentant dans les Pays Membres un niveau supérieur de santé et de performances constituent une sous-population particulière de chevaux, sous surveillance vétérinaire constante, amenés à être déplacés temporairement pour participer à des compétitions lors d’événements internationaux répertoriés par les Fédérations internationales se déroulant dans des conditions spécifiques, ils ne sont pas utilisés pour la reproduction durant leur carrière sportive et ne côtoient que des chevaux de même statut. En conséquence, ils représentent un risque sanitaire inférieur aux autres chevaux. 

Les chevaux de compétition « dont le niveau de santé et de performances est particulièrement élevé » représentent un risque sanitaire inférieur aux autres chevaux.
carterse on flickR, original name : GO Spring Equitation ©

Le statut sanitaire et la gestion de ces chevaux sont bien appréhendés grâce à des systèmes spécifiques d’enregistrement, d’identification et de certification conformes aux normes de l’OIE. Ce statut sanitaire élevé doit être maintenu en permanence pour permettre des exportations temporaires en toute sécurité vers les sites de compétition, dans n’importe quelle région du monde, et un voyage de retour dans les mêmes conditions, avec un niveau raisonnable de certitude que les pays d’accueil n’appliqueront pas de conditions sanitaires non conformes aux normes de l’OIE.

Services Vétérinaires, autorités publiques, secteur équin : collaborer pour faciliter et sécuriser les déplacements de chevaux de compétition

La définition de ce statut et la vérification des critères à respecter est le fruit d’une collaboration entre différents acteurs privés et publics. L'importance primordiale des Services Vétérinaires dans la facilitation des déplacements internationaux de chevaux, conformément aux normes de l'OIE, doit être mise en exergue, de même que l'importance d’une organisation constructive du projet autour des organisations mondiales régionales et nationales du secteur équin (FEI, IFHA), avec l’ensemble des professionnels concernés, notamment les vétérinaires et autres experts.

Les partenariats public-privés jouent en ce sens un rôle essentiel :

dates clés

cal

janvier

février

mars

avril

mai

juin

juillet

août

septembre

octobre

novembre

décembre

nos sites institutionnels

Site du siège de l'OIE

Sites des Représentations régionales de l'OIE

Suivez-nous sur...

Contacts

Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)

12, rue de Prony 75017 Paris, France
INFORMATION : oie@oie.int
PRESSE : media@oie.int
SITE INTERNET : www.oie.int
TÉL : 33 (0) 1 44 15 18 88

L'OIE en images