90 ans de normes, de transparence, d'expertise et de solidarité

Accès à www.oie.int

La fièvre catarrhale du mouton est détectée pour la première fois au nord de l'Europe

14 août 2006 90 ans d'expertise

© OIE

14 août 2006 : Les autorités néerlandaises, belges et allemandes notifient à l'OIE, l'apparition d'un foyer de fièvre catarrhale du mouton sur leur territoire.

L’émergence de la fièvre catarrhale ovine est inattendue dans cette région et en moins de deux ans, le virus se propage à travers toute l’Europe du Nord. La souche virale impliquée dans cette grave épizootie (BTV-8) affecte, de manière inhabituelle, tant les bovins que les ovins.

En effet, l’infection, habituellement inapparente chez les bovins, fait dans ce cas preuve d’une plus grande virulence, provoquant une maladie clinique sévère dans cette espèce.
Souvenez-vous

La fièvre catarrhale ovine (FCO): une maladie à fort impact socio-économique

La FCO ou maladie de la langue bleue est une maladie virale qui atteint un large éventail de ruminants domestiques et sauvages : essentiellement les ovins, mais également les bovins, les caprins, les buffles, les antilopes, les cerfs, les wapitis et les camélidés. C’est une infection vectorielle qui se transmet par de petits moucherons du genre Culicoides.

La maladie n’est pas contagieuse, cependant, elle peut entrainer une morbidité et une mortalité très élevées, chez les ovins notamment. De nombreuses souches virales existent et n’entraînent pas d’immunité croisée.

Si la maladie ne présente aucun danger pour l'homme, elle induit, de lourdes pertes économiques et perturbe considérablement le commerce international d’animaux et de produits d’origine animale.

En savoir plus : Fiche résumée sur la fièvre catarrhale du mouton

La fièvre catarrhale ovine est une maladie listée sur le Code Terrestre de l’OIE (chapitre 8.3.) et les Pays Membres sont tenus de la notifier auprès de l’Organisation.

Une maladie émergente en Europe du Nord en 2006

La FCO a été découverte pour la première fois au nord de l’Europe le 14 août 2006. Jusqu’à cette date, sa répartition géographique à l’échelle mondiale s’étendait traditionnellement dans les zones tropicales et sub-tropicales. En effet, cette maladie est présente essentiellement dans les régions bénéficiant de températures élevées et de fortes pluies, permettant aux insectes piqueurs de survivre à l’hiver. La distribution géographique des vecteurs limite donc en principe l’extension de la maladie, qui disparaît normalement avec l'apparition des premières gelées ou de grands froids.

Généralement, les ovins se trouvant dans les zones où la maladie est endémique sont naturellement résistants à cette maladie. Des foyers surviennent lorsque des ovins sensibles, surtout de races européennes, sont introduits dans des zones endémiques ou quand le virus est transporté vers une région par des Culicoides infectés, déplacés notamment par le vent.

En dehors des zones endémiques habituelles hors d’Europe, dès 1999, plusieurs notifications de foyers de fièvre catarrhale ovine avaient été observées en Grèce, Italie, France (Corse), Espagne et Portugal.

Le premier foyer de la maladie aux Pays Bas en 2006 représente la localisation la plus au nord qui n'ait jamais été diagnostiquée pour la FCO. En apparaissant pour la première fois au nord de l'hémisphère européen, avec des caractéristiques modifiées, la FCO peut être définie comme étant une maladie émergente dans cette zone.

Fièvre catarrhale ovine en Europe du Nord

Une lutte efficace contre l’épizootie de FCO de 2006

Parmi les facteurs clés de succès permettant de juguler une telle épizootie, figurent :

  • La rapidité de la détection et de la réaction face à la maladie, pour lesquelles les capacités des Services vétérinaires d’un pays donné sont essentielles.
  • La diffusion de l’information sanitaire, afin de permettre aux pays voisin de se protéger contre les maladies émergentes. Le système WAHIS, grâce à son système d’alerte précoce et de surveillance des maladies animales,permet d'intégrer, en temps réel, les données sur les maladies animales afin d'en informer la communauté internationale.

La rapidité dans la détection et dans la réponse ainsi que l'excellente collaboration démontrées notamment par les Autorités vétérinaires des Pays Bas, d'Allemagne, de Belgique, de France et des autres pays concernés à l'occasion de l'apparition de la FCO en Europe du Nord ont été cruciales pour limiter la propagation de la maladie en 2006.

Afin de contrôler la maladie et de mettre en évidence l’ensemble des foyers présents, les autorités des pays infectés ont mis œuvre les mesures classiques de dépistage et de contrôle de la maladie, notamment le zonage et le contrôle des mouvements, la lutte contre les insectes vecteurs de la maladie, la vaccination ainsi que la surveillance continue de leurs territoires respectifs.

dates clés

cal

janvier

février

mars

avril

mai

juin

juillet

août

septembre

octobre

novembre

décembre

nos sites institutionnels

Site du siège de l'OIE

Sites des Représentations régionales de l'OIE

Suivez-nous sur...

Contacts

Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)

12, rue de Prony 75017 Paris, France
INFORMATION : oie@oie.int
PRESSE : media@oie.int
SITE INTERNET : www.oie.int
TÉL : 33 (0) 1 44 15 18 88

L'OIE en images